sept 112014
 

« Association culturale maïs-Haricot-Courge dans la région du Mixtepec au Mexique » photo prise par Isabelle Fragniere

« Association culturale maïs-Haricot-Courge dans la région du Mixtepec au Mexique » photo prise par Isabelle Fragniere

Face à l’agriculture industrielle qui pollue et détruit les sols, les alternatives se multiplient. Tout le monde a déjà entendu parler de l’agriculture biologique, qui pour en faire un résumé en quelques mots n’utilise ni pesticide, ni engrais chimique. Mais d’autres formes d’agriculture commencent à se faire connaître comme l’agroécologie ou encore la permaculture. Quelles sont ces agricultures et qu’est-ce qui les différencient ?

Agroécologie

Pour ceux qui ont déjà écouté ou lu Pierre Rabhi, ce terme doit vous dire quelque chose. Le principe de l’agroécologie consiste à réassocier l’agriculture et la protection de l’environnement. Au lieu de vouloir faire produire à la terre plus qu’elle ne peut grâce à des engrais chimiques, qui l’épuisent et la rendra de moins en moins productive dans le futur. Les intrants chimiques sont bannis et remplacé par des processus dont le but est d’améliorer sa fertilité. Par exemple en redécouvrant les savoir et savoir-faire paysans, en les perfectionnant et en les adaptant aux spécificités de chaque territoire et à nos connaissances actuelles. Les associations de cultures complémentaires dans les mêmes parcelles sont également utilisées, afin que les différentes plantes se protègent, se nourrissent, … les unes les autres. Il s’agit d’une approche globale qui exclue les grandes surfaces de monocultures.

Permaculture

Ses points communs avec l’agroécologie sont nombreux, même si la permaculture s’inspire encore davantage des écosystèmes naturels que l’agroécologie. Dans cette nouvelle approche de l’agriculture, pas de labour, polyculture, simplification et réduction de la pénibilité du travail (sans machine) sont de rigueur. Le but étant qu’une fois les différentes variétés de cultures en place, elles se comportent comme un véritable écosystème et que l’homme n’est qu’un minimum d’intervention à faire (comme la récolte des fruits et légumes à maturité).
On peut dire que la permaculture fait partie de l’agroécologie, car elle correspond à sa définition, mais avec une approche encore plus résiliente et qui inclut non seulement les surfaces en culture, mais également les autres structures de la ferme (habitation, lieu de stockage, …).

Lien vers la page Ekopédia sur la permaculture

Voici une sélection de quelques livres pour approfondir la question

Les moissons du futur
Marie-Monique Robin
Solutions locales pour un désordre global
Coline Serreau
Le manuel des jardins agroécologiques : Soigner la terre mieux nourrir les hommes
Pierre Rabhi
La révolution d’un seul brin de paille : Une introduction à l’agriculture sauvage
Masanobu Fukuoka

 Leave a Reply

(required)

(required)

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

%d blogueurs aiment cette page :