sept 062011
 

Galeopsis ladanum

L’été plutôt humide et pas très chaud que nous avons eu un peu partout en France après le printemps très chaud et sec, a été plutôt apprécié par la végétation. Les mûriers ont été assez généreux, malheureusement la maturation les fruits s’est étalé sur une période trop longue pour avoir assez de fruit en même temps pour faire de la gelée.

 

 

 

 

 

Mouron rouge

 

De nouvelles espèces ont été repéré et identifiée, comme le galeopsis ladanum, le mouron rouge ou la morelle noire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Morelle noire

 

Cette dernière ressemble beaucoup à la morelle douce-amère (ou vigne de Judée) qui pousse dans une autre partie du jardin, mais les fleurs au lieue d’être violette sont blanche, comme vous pouvez le constater sur ces images.

 

 

 

 

 

Morelle douce-amère

 

 

 

 

 

Géranium herbe à robert

 

 

 

 

 

Il me reste pas mal de travail en cette fin d’été, car les mûriers se sont beaucoup (trop) développés et ont tendance à étouffer les autres espèces. Mon but dans ce jardin sauvage n’est pas de laisser les plantes se débrouiller entre elle, que les meilleures gagnent et d’avoir une jungle inextricable comme jardin, mais de laisser un maximum de plantes s’installer, afin d’avoir une vraie diversité.

En conséquence, je compte couper tous les mûriers avant l’hiver. Ils commenceront repousser dès les premiers beaux jours, mais je les confinerais à une zone bien déterminée, afin de laisser plus d’espace à d’autres espèces et peut-être à quelques plantations. Cette année, j’avais mis quelques haricots nains dans un coin plein sud, ils s’y sont bien développé après quelques problèmes de feuilles mangées, mais du marc de café autour des pieds a régler le problème.
De toute façon, j’ai tout l’hiver pour y réfléchir, alors je vous en dirais plus en début de printemps.

Alors rendez-vous au prochain épisode!

%d blogueurs aiment cette page :