oct 172014
 

Centrale-nucleaireDans le projet de loi sur la transition énergétique adopté en première lecture à l’assemblée nationale le 14 octobre 2014, il est question, entre autre, des objectifs en matière de mix énergétique. Parmi ces objectifs, la réduction de la part du nucléaire et la hausse de celle des énergies renouvelables dans la production d’électricité. Je vous propose un état des lieux de la situation actuelle et une simulation de ce que pourrait être cette situation en 2025 si les objectifs étaient atteints.

La production électrique brute totale en France en 2012

Commençons par un état des lieux de la production électrique brute totale pour l’année 2012 (source Eurostat).

Production électrique brute totale en France : 564.275 GWh
dont 425.406 GWh provenant du nucléaire (75,38%), 75.613 GWh provenant des énergies renouvelables (13,4%), reste 63.256 GWh provenant d’autres sources.

Simulation d’une production d’électricité nucléaire stable de 2012 à 2025

Dans la loi de transition énergétique, la part de la production du nucléaire doit passer de 75% à 50% d’ici à 2025, mais il n’est pas prévu de réduire ses capacités de production qui seront plafonnées au niveau actuelle, c’est-à-dire 63,2 GW. Dans ce cas de figure, on peut émettre l’hypothèse selon laquelle la production d’électricité provenant du nucléaire reste stable. Il s’agit bien entendu d’une hypothèse parmi une multitude de possibilités (il fallait bien en choisir une).

Autre objectif de la loi, faire passer les énergies renouvelables à 23% en 2020 et 32% en 2030. En conséquence, j’ai opté pour une proportion d’énergies renouvelables à 28% en 2025 dans cette simulation.

Ce qui nous donnerais en 2025 : 850.000 GWh de production brute d’électricité, dont 425.000 GWh de nucléaire en arrondissant, 238.000 GWh de renouvelable et 187.000 GWh provenant d’autres sources.

Voici ces chiffres sur une représentation graphique :

Dans cette hypothèse, la production globale d’électricité ayant augmenté, cela pourrait avoir plusieurs conséquences possibles. Comme, par exemple, une évolution de la consommation d’énergie en France, vers davantage d’électricité et moins de pétrole, ce qui est, a priori, recherché. Puisque l’un des autres objectifs de la loi est une réduction globale de la consommation d’énergie (électrique et autres) de 20% en 2030.

 Leave a Reply

(required)

(required)

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

%d blogueurs aiment cette page :